Disgrace-physique-handicap-et-sexe

Disgrace-physique-handicap-et-sexe

TÉMOIGNAGE D'UNE FEMME AU VISAGE DISGRACIEUX

 

 

 

 

 POUR MA PART, JE NE TROUVE PAS QUE MON APPARENCE SOIT HUMORISTIQUE CAR J'EN SOUFFRE.

 

 

Je viens par cet article, témoigner sur mon apparence physique, qui pour moi, est peut-être pire que n’importe quel handicap. Pourtant, au regard de la définition du handicap même léger, je suis tout à fait valide.

 

Vous ne pouvez pas je pense vous imaginer mon problème. A première vue, sur la photo de mon visage, je ressemble plus à un homme, un « camionneur », plutot qu’à une femme, et pourtant ! Je suis bien une femme, et qui plus est encore jeune puisque je n’ai que 35 ans. Je possède une poitrine généreuse, ce qui bien sur devrait pleinement plaire aux vrais hommes. Si leur regard ne s’arrêtait qu’a cette poitrine, mais pourtant, c’est surtout l’apparence de mon visage, qui retient leurs attention. Cela ne me laisse pas indifférente, mais m’attriste énormément. Pourquoi, faut-il ne s’arrêter qu’au visage ? Vous comprendrez en voyant la photo. Cette situation, ne me permet pas une sexualité épanouie, au même titre que la majorité des femmes, même certaines femmes handicapées, ont une vie sexuelle épanouie, et heureuse. Pour ma part, et un petit nombre de personne, je suis handicapée physique, en raison de mon apparence dite : disgracieuse. Nous entendons souvent dans les médiats et surtout sur internet, de l’aide sexuelle, pour certaines personnes reconnues handicapées, cette activité existe dans divers pays Européens, en France ces aides sont encore tabous, Bien que cela fasse de plus en plus débat. La loi du 11 février 2005, pourrait permettre si l’in tient compte de certains articles, en particulier l’article : Art. L114-1-1, que j’ajoute ci-dessous dans cet article.

 

 

Article 2


I. - Le chapitre IV du titre Ier du livre Ier du code de l'action sociale et des familles est ainsi modifié : 
1° Avant l'article L. 114-1, il est inséré un article L. 114 ainsi rédigé : 
« Art. L. 114. - Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. » ; 
2° L'article L. 114-1 est ainsi modifié :
a) Le premier alinéa est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés : 
« Toute personne handicapée a droit à la solidarité de l'ensemble de la collectivité nationale, qui lui garantit, en vertu de cette obligation, l'accès aux droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens ainsi que le plein exercice de sa citoyenneté. 
« L'Etat est garant de l'égalité de traitement des personnes handicapées sur l'ensemble du territoire et définit des objectifs pluriannuels d'actions. » ;
b) Le second alinéa est supprimé ;
3° Le second alinéa de l'article L. 114-2 est ainsi rédigé :
« A cette fin, l'action poursuivie vise à assurer l'accès de l'enfant, de l'adolescent ou de l'adulte handicapé aux institutions ouvertes à l'ensemble de la population et son maintien dans un cadre ordinaire de scolarité, de travail et de vie. Elle garantit l'accompagnement et le soutien des familles et des proches des personnes handicapées. »
II. - 1. Les trois premiers alinéas du I de l'article 1er de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé deviennent l'article L. 114-5 du code de l'action sociale et des familles.
2. Les dispositions de l'article L. 114-5 du code de l'action sociale et des familles tel qu'il résulte du 1 du présent II sont applicables aux instances en cours à la date d'entrée en vigueur de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 précitée, à l'exception de celles où il a été irrévocablement statué sur le principe de l'indemnisation.
III. - Les dispositions du a du 2° du I et du II du présent article sont applicables à Mayotte et dans les Terres australes et antarctiques françaises.
IV. - Le livre V du code de l'action sociale et des familles est ainsi modifié : 
1° Avant le chapitre Ier du titre IV, il est inséré un chapitre préliminaire ainsi rédigé 

  

 Pour poursuivre mon témoignage, je souhaite rester discrète sur la personne dont je vais parler par la suite, néanmoins, j’ai obtenue son autorisation pour parler de son aide. De son comportement vis-à-vis de moi, et du miens vis-à-vis de lui. Il m’a autorisé à citer son prénom. Et parler de sa propre apparence physique, cela peut je pense nous aider tous les deux. Thierry et moi, nous nous sommes rencontré par hasard, mais pas à Limoux. Je pense, que lui aussi subis une certaine exclusion, de la part de certaines personnes, lui aussi possède une apparence disgracieuse, bien que nettement moins importante que la mienne, mais qui perturbe aussi sa propre vie sexuelle. Nous avons discuté, nous nous somme baladé, nous avons plus ou moins fait connaissance, nous avons parlé de nos situations réciproques, sur le plan sociale, et privé. Nous en sommes venu à parler de notre vie sexuelle, en confiance, sans tabous,  Nous sommes allé à son domicile, il m’a offert un café, puis, m’a proposé d’aller dans sa chambre. Il m’est venu à l’esprit, qu’il n’avait pas touché une fille, et fait l’amour depuis longtemps. Ce qui était dalleur, le cas aussi pour moi, puisque nous étions tous les deux sur la même longueur d’onde. Nous avions tous les deux envie, ou peut-être besoins, de faire l’amour, d’enfin recevoir et donner du plaisir. La première chose que nous avons faite, c’est de nous embrasser à pleine bouche. Puis, nous nous sommes déshabillés, en  nous déshabillant, nous nous caressions, il « malaxait » mes seins, et passait sa main sur mon sexe. Il était vraisemblablement impatient, pressé, mais pas agressif. Puis nous nous sommes retrouvé nus tous les deux. Je me suis laissée caresser, puis, il m’a fait part, de son désire : de me passer la langue sur le sexe. Me pratiquer un cunnilingus. Bien sur, j’ai accepté, par plaisir, il a pris tout son temps, pour me lécher tous les recoins le plus profondément possible, et me titiller le clitoris. Pour moi, cela faisait bien longtemps que l’on ne  m’avait pas fait plaisir de la sorte, et cela, il paraissait assez doué pour cette technique. Puis, j’ai commencé à : « mouiller » mais cela ne semblait pas le gêner, au contraire, il a continué, pour enfin me faire jouir. Tout simplement avec sa langue. Mais bien sur, cela ne faisait que commencer. Puis, nous avons fait l’amour proprement dit, nous avons pratiqué plusieurs positions. La première, la « classique, lui allongé sur moi, me faisant des va et viens, parfois lents, parfois plus rapides. Puis, il m’a demandé de passer sur lui, ce que j’ai tout de suite accepté, je l’ai chevauché, il m’a prise sur le coté… Quel plaisir. Nous avions l'esprit occupé, à nous donner mutuellement du plaisir, et c’est ce qui s’est passé

 

 Pourtant, au début, j’ai pensé que mon apparence, le « rebuterait », il était plus petit que moi, nettement plus mince aussi. Été intriguée par son physique, tout d’abord, en ce qui me concerne, je suis plutôt forte, et plus grande  que lui.  Il va de soit, que nous ne nous pouvions pas nous juger l’un et l’autre sur nos physiques, nos apparences. J’ai appris à le connaitre. Il est respectueux, légèrement timide, à l’écoute, et sociable, mai lorsqu’il est en confiance. Il n’accepte de recevoir chez lui, que lorsqu’il à lui-même donné son accord, qu’il a lui-même invité la ou les personnes, ou  donné un rendez-vous, à une date, et une heure. C’est sont droit, et je pense, que l’on ne doit pas lui en vouloir pour cela. Ni se permettre de le critiquer.

 

Puis, il m’a demandé de le sucer, de lui faire une fellation, j’ai  accepté en toute liberté. Il ne  m’y à pas obligé

 

 En fin d’après midi, et de nos ébats, je suis partie puis chacun a retrouvé sa vie 

 

Si vous ressentez le besoins d'aide, et un peut d'attention intime, contactez : Assohandicap"

54 rue blanquerie 11300 Limoux (AUDE).



29/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour